Bac (archives) / Pink Floyd / Chap 9

PINK FLOYD

ATOM HEART MOTHER, 1970

 

PROLONGEMENTS

3. Un morceau entre « savant et populaire ».

AHM est un morceau qui se situe subtilement à la frontière entre l’univers de la musique savante et celui de la musique populaire.

Les deux univers sont donc mêlé de manière inextricable, c’est un des intérêt de ce morceau.

4. AHM sur scène.

Restituer cette pièce en public avec tout le personnel supplémentaire va poser beaucoup de problèmes au groupe : les musiciens engagés ne sont pas toujours à la hauteur, les partitions leur arrivent trop tard pour répéter correctement, etc.
De plus, ces musiciens auxiliaires représentent une contrainte réelle pour le groupe habitué à improviser très librement sur ses compositions, ce qui évidemment n'est guère possible avec des interprètes liés à une partition.

ECOUTE : Concert au festival de Bath (juin 1970), version Ron Geesin.

Ils interpréteront néanmoins AHM à de nombreuses reprises entre 1970 et 1972, généralement en quatuor. La version est alors plus proche de The Amazing Pudding.

ECOUTE : AHM (lieu ?) en 1972. Dernière interprétation public du morceau.

En 1972, c’est le long morceau Echoes (23 min.) de l’album Meddle qui remplacera AHM, le morceau ne sera jamais plus joué sur scène.

L’interprétation « live » la plus proche du disque est celle de septembre 1971 au festival de Montreux (Suisse).

ECOUTE : AHM à Montreux, le 18 sept. 1971 (pas de vidéo disponible).

- Part 1 : Part 1
- Part 2 : Part 2
- Part 3 : Part 3

AHM sera donc un morceau peu joué en concert, malgré le nombre impressionnant de concerts que le groupe fait à cette période : Dates des concerts des Pink Floyd en 1971-1972.

Il sera repris en 2008 par Gilmour lors d’un concert exceptionnel :

ECOUTE : AHM à Chelsea, le 15 juin 2008 (vidéo au début et à la fin, juste audio entre les deux).

 

Autre interprétations à connaître :

ECOUTES :  - Par les élèves du CNSM de Paris (2003)


  - Au théâtre du Châtelet (2012), présentation pour des élèves de Terminales, pour la première session du bac musique.

 

5. La face B.

Après l’atmosphère « progressiste » de la face A, les trois premiers morceaux de la face B sont beaucoup plus proche de la pop anglaise « traditionnelle ».

- If (Waters) If
Chanson très douce et calme à la mélodie simple alternée par des chorus de guitare. L’accompagnement, les paroles et la grille harmonique sont aussi très simples. On est ici très loin de l’univers d’AHM.

- Summer ’68 (Wright) Summer ’68
Chanson plus complexe, très influencée par les Beatles, qui se veut une critique de l'univers du rock à partir d'une banale histoire de flirt avec une groupie. Elle est écrite, composée et chantée par Richard Wright. C'était l'une des chansons préférées de Léo Ferré, et accessoirement une des rarissimes chansons du groupe à parler de sexe.

- Fat Old Sun (Gilmour) Fat Old Sun
Une composition de David Gilmour douce et onirique, un classique des concerts du groupe où elle dure parfois jusqu'à un quart d'heure.

- Alan's Psychedelic Breakfast (Pink Floyd) Alan's Psychedelic Breakfast
Un long morceau, plus expérimental, alternant musique et bruitages avec de nombreux sons très évocateurs et souvent comiques, produits par un homme prenant son petit déjeuner. Morceau de 13 min. en 3 parties dont chacune débute par une séquence de musique « concrète ».

6. Prolongements.

Quelques groupes classés dans l’univers de la musique « pop », mais fortement influencés, de manières différentes,  par les musiques « savantes » :

ECOUTES :

- Kraftwerk 1 du groupe Kraftwerk (1971) Kraftwerk 1
Premières expériences électro-acoustiques du groupe.

- Magma (1975). Groupe français de jazz-rock expérimental, créateur du style « zeuhl » : musiques complexes aux confins de multiples influences, chanté en « kobaïen » (langue inventée).

- Bohemian Rhapsody de Queen (1975) Bohemian Rhapsody
Véritable opéra-rock aux multiples influences, ce morceau et l’album en entier (A Night at the Opera) est le premier très gros succès du groupe.

- Kashmir de Led Zeppelin (1975) Kashmir
Groupe plutôt classé dans les groupes de hard-rock mais influencé par de nombreux courants musicaux. Le groupe est d’ailleurs très connu pour cette chanson très calme Stairway To Heaven (1971) Stairway To Heaven

- I robot de The Alan Parsons Project (1977) I robot
Alan Parsons, ingénieur du son des Beatles et sur l’album Dark Side Of The Moon des PF fonde son propre groupe de rock progressif qui rencontrera un immense succès grâce au titre Eye in the Sky en 1982 Eye in the Sky

Alan Parsons

Chapitre 8 / Chapitre 10

Haut de page