Bac (archives) / Corelli / Analyse

LA SONATE OP.5 N°12

 

ANALYSE

La sonate n°12 comporte 23 variations sur le thème de la Follia. Dans cette série de variations, Corelli évite la monotonie, en diversifiant le plus possible les procédés d’écriture. Elle est écrite pour violon solo et basse continue, cette dernière généralement réalisée au violoncelle (violone) auquel s’ajoute un théorbe et/ou un clavecin improvisant des accords.

Vue d’ensemble :

Trio Sonnerie ECOUTE : Sonate Op. V n° 12, "La Follia" Sonate Op. V n° 12

 

Après le thème et une 1ère variation transitoire, on distingue 3 grandes parties parfaitement équilibrées. Les deux parties extrêmes sont des Allegro ; la partie centrale est organisée autour de tempi variables, présentés en symétrie autour de la variation 11 Andante.

Corelli Sonate La follia : Tableau formel

Le Thème Theme

Corelli reprend la présentation traditionnelle du thème de la Follia (globalement conforme du point de vue mélodique, rythmique et harmonique à la version populaire) :

- Métrique à 3/4,
- Tonalité de ré mineur,
- Tempo lent,
- Structure en 16 mesures avec 2 sections de 8 mesures.

Corelli rajoute quelques ornements mélodiques et modifie légèrement les formules cadentielles à la basse. La mélodie : ambitus restreint d’une quinte (do-sol) , mouvements conjoints avec quelques sauts de tierce. Le rythme pointé dans toutes les mesures impaires dynamise le thème.

 

Attention, dans tous les exemples qui suivent, la portée en clés de sol de la partie clavier, n'a pas été écrite par Corelli.
Il s'agit d'UNE réalisation possible de la basse continue qui n'est indiquée que pour aider l'analyse.

Il faut prendre en compte, la partie de violon et la basse (clés de fa).

Corelli Theme

Harmonie :

  - 1ère  section ré mineur (mes.1 à 4), modulation en Fa Majeur (mes.5), retour en ré m. (mes. 7) avec une 1/2 cadence à la mesure 8 (repos sur le 5e degré : la),

  - 2ème section (répétition) conduit à une Cadence Parfaite (V -> I, la -> ré) en ré m. 

Variation 1 Variation 1

Même schéma harmonique, même tempo et même forme que le thème.

- Partie de basse qui évolue en valeurs égales (noires). Son rôle n’est pas une basse d’accompagnement mais une voix contrapuntique d’où se dégage le thème

- La partie supérieure, largement modifiée mélodiquement, attaque sur le temps faible (deuxième temps de la mesure).

- On remarquera le cadre modal de la mesures 7 (la sensible disparaît avec l’utilisation du do bécarre)

Variation 2 Variation 2

- Corelli garde toujours la même structure harmonique et métrique. La variation se passe au niveau du rythme, de la mélodie, du tempo.

- Le caractère change avec le tempo devenu Allegro. La mélodie évolue en arpèges de croches ascendants, descendants, brisés (écriture caractéristique de la facture violonistique). La mélodie est toujours présente

- Basse en valeurs longues pour mettre la 1ère voix  en valeur. Les notes de cette basse sont  les notes fondamentales des accords

Variation 3 Variation 3

Variation très dynamique du fait des doubles croches dans la 1ère section.

Les notes du thème apparaissent sur les 1er temps de chaque mesure

Dialogue entre les deux voix :  échange, mesure par mesure, entre la partie supérieure et la basse, grâce au principe de l’imitation

Dans la 2nde partie, l’emploi des triolets de croches fait passer d’un sentiment binaire à une impression ternaire (variation dans la variation !).

Toujours le dialogue entre les voix.

Cette variation met en avant l’écriture contrapuntique (horizontale), c’est la prééminence de la mélodie sur l’harmonie.

Variation 4 Variation 4et variation 5 variation 5

Variation 4 :

Aucun changement dans la carrure ni l’harmonie.

-La mélodie est transformée par l’usage de la tierce sur chaque premier temps de la mesure, suivie d’un saut d’octave pour le violon. La note inférieure de chaque tierce est celle du thème.
-La basse attaque sur le temps faible (2ème temps) et procède aussi par sauts d’octaves descendants.
-L’intervention de triolets, juste avant la cadence finale, fait écho à la variation précédente.

Variation 5 :

Renversement des rôles qui est l’effet miroir de la Variation 4.

-La partie supérieure fait entendre les sauts d’octaves descendants (ou d’intervalles plus important pour compléter l’harmonie), dont l’attaque sur le temps faible est renforcée par la tierce. La note inférieure de chaque tierce est celle du thème.

-La basse prend à son compte le discours en croches de la variation précédente.

 

Variation 6 Variation 6et variation 7 variation 7

Variation 6 :

- Retour des doubles croches en flux régulier à la partie supérieure.

- La mélodie de la follia est toujours nettement perceptible.

- Saut d’octave à la basse qui provient des deux variations précédentes, mais cette fois, avec accent sur 1 et 2.

L’intérêt de cette variation n°6 apparait surtout à l’écoute de la variation suivante.

Variation 7 :

La variation n°7 est l’effet miroir de la variation 6 (comme la 5, l’était de la 4) :

- la basse évolue en un long trait de doubles croches,

-  On retrouve dans la partie supérieure, la mélodie et sa tierce ajoutée,

- Le saut d’octave (comme dans la var.5) peut-être remplacé par un saut plus important qui vient compléter l’harmonie (accord à 3 sons).

 

 

Variation 8 Variation 8 (début de la 2e partie)

Effet de contraste avec le changement  de tempo (adagio)

Cette variation est fondée principalement sur l’intervalle de 3ce, mélodique à la partie supérieure, harmonique  à la basse

Tout du long, la basse accentue le 2e temps, caractéristique de la rythmique de la Follia

Dans la seconde partie, l’ornementation en doubles croches de la partie faible du premier temps confère un caractère léger

 

Variation 9 Variation 9

Tempo vivace (contraste avec la var. précédente).

Jeu de questions et de réponses entre la basse continue et le soliste avec des valeurs rythmiques semblables, puis inversion dans la 2nde partie.

- La partie supérieure attaque vigoureusement l’arpège brisé de ré mineur,

- La partie de basse commence par un silence d’un quart de soupir, effet à forte connotation théâtrale,

- Les deux parties se rejoignent en homorythmie (même rythme) sur les deux dernières mesures

 

Variation 10 Variation 10

Variation très brève (16 mesures à 3/8),

Conduite contrapuntique des 2 voix en mouvements contraires,

Sauts d’intervalles inhabituellement larges du violon (effet de surprise).

 

Variation 11 Variation 11 (variation centrale, axe de symétrie)

Retour au tempo lent (andante) du début de l’œuvre, caractère noble, qui s’oppose à la légèreté de la variation précédente.

- Le violon redonne le thème enrichi d’une tierce supérieure (double cordes),

- La partie de basse accompagne le thème par des croches régulières.

 

 

Précédent / Suivant

Haut de page