Bac (archives) / Corelli / Analyse (suite)

LA SONATE OP.5 N°12

 

ANALYSE (suite)

Variation 12 Variation 12

- Dans un tempo Allegro, enchainement systématique de croches de la partie supérieure qui évolue par de grands intervalles avec accentuation des notes constitutifs du thème

- La basse ne marque que les temps forts de la mesure à quatre temps.

Variation 13 Variation 13

Changement de mesure (12/8) : passage du binaire au ternaire.

- Arpèges en croches sur de grands intervalles au violon (rappel de la var. 12), puis apparition des premiers traits de virtuosité : la quinte descendante en degrés conjoints de doubles croches

- La basse écrite à 4/4 fait entendre les temps forts (écho de la variation précédente).

Variation 14 Variation 14

Tempo Adagio : encore un contraste.

- la mélodie ornementée évolue en valeurs longues au violon.  

- la basse soutient la mélodie par des valeurs plus courtes et régulières

Variation 15 Variation 15

- Ecriture harmonique (verticale).

- Usage systématique des arpèges en triolets à la basse, rompu à la fin de chaque section.

- Sur un tempo lent, la partie supérieure se limite à l’enchainement vertical d’intervalles de sixtes et quintes en doubles cordes

- La mélodie s’éloigne du thème de la Follia, cependant on retrouve l’accentuation des 1er et 2ème temps

Variation 16 Variation 16 (début de la 3e partie)

- Retour à un tempo rapide (Allegro).

- Figure rythmique immuable au violon (soupir et saut d’octave sur le 2ème temps). Le saut d’octave a déjà été entendu dès les var. 4 et 5. Dans la seconde partie, cette figure sera reprise à la basse, mais avec le saut d’octave sur le 1er temps.

- La basse reprend le rythme de la follia (noire – noire pointée – croche). Dans la 2nde partie, ce motif passe au violon, mais là aussi transformé.

Ainsi, dans la 1ère, comme dans 2nde partie, Corelli fait en sorte que le violon soit complémentaire de la basse, afin d’obtenir un débit régulier de croches.

Variation 17 Variation 17

- Décalage d’une croche pour la partie supérieure (syncope) au violon qui élargit son ambitus (intervalles de 10ème et 11ème pour la cadence finale).

- La mélodie réapparait à la basse.

Variation 18 Variation 18

- La partie supérieure fait entendre des arpèges brisés, descendants pour la première section, ascendants pour la seconde.

- La partie de basse est simple. Elle met en valeur la vélocité de cette variation et participe à son dynamisme.

Variation 19 Variation 19

- Procédé de la marche harmonique en canon (écriture contrapuntique).

- L’emploi de figures rythmiques différentes (trois noires puis noire/deux croches/noires ) dans les deux sections évite toute monotonie.

Variation 20 Variation 20et Variation 21 Variation 21

Variation 20 :

- Le violon évolue à 9/8, la basse à 3/4. Mais la conduite rythmique des voix est simple et on ne perçoit pas les métriques différentes.

- Premier changement harmonique depuis le début de la sonate. Ces 8 mesures aurait dû se terminer par une ½ cadence en ré (soit un arrêt sur La), ou une cadence parfaite, mais elle se termine par une Cadence Parfaite en Fa.

Variation 21 :

Reprise de la var. 20, en inversant les données selon l’usage du miroir. En utilisant ce principe de symétrie, la variation, commencée donc en Fa Majeur et se termine en ré mineur.

Variation 22 Themeet Variation 23 Theme

Variation 22 : Effet de virtuosité pour le violon, en trémolos rapides, sur les figures régulières de la basse.

Variation 23 :

Ultime effet de miroir la partie supérieure qui s’empare des valeurs longues (le thème réapparait une dernière fois), la basse des doubles croches.

La carrure est légèrement modifiée, pour cette dernière variation, Corelli ajouter 4 mesures. Il ajoute 2 cadences parfaites, afin de retarder la fin de la sonate.

 

Précédent / Suivant

Haut de page